Les pistes de croissance en 2011 sont toutes liées de près ou de loin à internet.

Dans les villes, le petit (ou le gros !) commerçant mise sur l’emplacement de sa boutique pour être visible du plus grand nombre, donner aux clients l’envie d’entrer et d’acheter… Et donc développer son CA.

Sur le web, la mécanique est la même ! L’objectif d’une entreprise qui ouvre son site marchand, c’est d’être rentable et de faire grimper son CA.  En bref, multiplier les clics, le nombre de visiteurs et faire déborder les paniers de ses e-clients. Comment ? En étant hyper visible. Oui mais comment ? En imaginant son site internet comme un nouveau magasin, les investissements immobiliers nécessaires à un emplacement de premier ordre étant affectés au marketing et à la communication.

La présence internet est un métier qui demande un savoir-faire qui n’est pas inné ! 

Alors j’ai trois questions : Pourquoi les institutions et organismes compétents du département négligent la filière e-commerce ? Pourquoi laissent-ils croire que l'économie numérique et la VPC seraient des gadgets inventés par les agences pour leur propre profit ? Quand allons-nous enfin former des professionnels (avant de voir les entreprises de ce secteur s’exiler par manque de main d’oeuvre, et les E-commerçants locaux sous-traiter à des sociétés hors territoire) ?

Ma réponse est simple  : AttrapTemps est persuadée que la croissance des agences dépend intimement de celle de ses clients. Si nous tenons à vous accompagner dans le développement de votre e-business, c’est dans VOTRE intérêt, qui par extension deviendra le nôtre.

Numériquement, Cyrille Sabatier.

  

Leave a Reply